Héritage – Lyrics

Rempart – KB (prod_Avenel)

Vu qu’ils s’entêtent à nous mélanger on finit par s’détester
de milliers de regards trop lourds mon âme est lesté

j’ai testé leur rêve, j’en suis sorti lessivé
épuisé, pas plus de trêve que d’moyen d’esquiver

décidé, à payer l’prix pour m’changer les idées
j’ai cité les noms des bannis, ces cons ébahis ont dit
sans hésiter qu’les bons j’ai trahi

moi mes leçons j’ai récité depuis petit puis j’ai grandi et
ai compris qu’tous ces acquis n’étaient actifs que pour nous lester

nique leur putain d’république maçonnique
j’rappe pour mes blancs qui tiennent bien les rangs face aux flics
lapin dans son terrier trouve l’univers catastrophique

moi j’ai bondi hors de mon trou, avec des débiles et des fous
j’n’étais qu’un chien, aujourd’hui suivi par des loups

j’suis p’têt épaulé par des sots, ai construit ma vie par défaut
j’fais des fautes

il est désuet d’user de mots j’voudrais rapper avec des gifs
t’es sur youtube, à la radio, c’est qu’t’as jamais vexé les -chut-

les muzzs ou les homos, bien qu’eux je puisse les citer
j’me sens pas plus en hess depuis qu’ces salopes m’ont fiché

j’voulais juste sauver ma patrie
Aujourd’hui, des babtous me disent de partir

juste pour rire, j’te propose une dernière partie
on verra qui des remparts tire

Noir – SiriusAMC_KB_Kiba (prod_Sirius)

(Sirius)

Lunettes noires, habits noirs,
voiture noire, voisins blancs.
blancs dans l’blizzard et la victoire
ils n’y croient pas un instant.
Donc regard noir, idées noires,
mais l’espoir est dans notre sang.
Si le cours de l’histoire est pas dans notre sens
On le retourne dans l’autre sens.

J’sais ce qui lui baise l’esprit
mais le type esquive si on lui parle red pill
oh yeah, c’est ça le mépris.
Reste vif bientôt nous n’aurons pas de répis
Alerte ! Paris est entourée de barbares
qui voudraient que tu laisse ta place
Qu’est c’que t’as pas compris t’es la gestapo
Bah dame on dit que t’es facho.

(Kroc Blanc)
On m’traite comme un parasite sur la terre de mes aïeux
Ils veulent que j’passe aux aveux crevards envieux de toutes parts s’agitent

Ça va pas s’finir au mieux, délire odieux, conspire au lieu
D’éblouir Dieu, déboule hideux dans mon château
Dis que le gâteau est aux daleux.

Tais-toi petit fils de pute, m’est plus qu’hostile ce pourquoi tu luttes
Retourne déféquer dans ta hutte,
L’instant présent redevient ton but
Les miens commencent à relever leurs futs

L’empathie est une chute
Quand elle est dirigée vers des porcs qui t’vendent le paradis d’Belzébuth

(Sirius)

Lunettes noires, habits noirs,
voiture noire, voisins blancs.
blancs dans l’blizzard et la victoire
ils n’y croient pas un instant.
Donc regard noir, idées noires,
mais l’espoir est dans notre sang.
Si le cours de l’histoire est pas dans notre sens
On le retourne dans l’autre sens.

Stérilisée ta lignée perd le jeu
tu t’es fais féminiser comme une graine de beuh
tête de queue, baisse les yeux
et demain tu te réveilles avec des bleus
Vois comme tu baisses ta garde,
je sais que t’as pas envie qu’on te prenne la face.
Il est presque trop tard les laisse pas t’avoir,
tu fais peine à voir.

(Kiba)

Ceux qui envahissent les villes sont nos pires ennemis mais
Les dhimmis d’gauche sont nos pires rivaux
Assume la critique gros et on verra c’est qui l’mytho

J’ai mis c’qui faut jamais dans l’à peu près
Tout est dans la teuté j’ai pas pris l’dico
Ça c’est c’qui marche
Sirius KB Kiba
Le remede efficace de la sinistrose

la propagande te fait cauchemarder,
Te martèle le crâne comme un flot d’pavés
Le courant t’emporte et
Te voilà en haute marée sur le radeau du naufragé

C’est ta récompense…pour avoir passé ton temps à réparer les pots cassés
À trop s’allier à ces mahomettants et ton drapeau et blanc comme les krocs d’KB

Héritage – Lys_SiriusAMC_Kiba (prod_Lys)

(Lys)

Héritage, dernier donjon du jeu
Chaque étage, des ennemis plus dangereux
Pas à pas, on va t’ouvrir les yeux

Volent en éclat, tous tes délires honteux
L’omerta, a changé les enjeux
Coup d’état, on d’vient maîtres du jeu

Tu fais le malin tu crois qu’Sirius blague ?
(Non non, jamais)
Flow plus recherché qu’Sirius Black
Il se propage comme un virus, plague

Prépare tes clics et tes clacs
Tu prends des kicks et des claques
Quand Kiba crie dans les backs

T’as peur pour l’inclusivité
Docteur Erga va te faire visiter
son nouveau cabinet d’curiosités
Chimiothérapie sur tes idées

On vient faire l’ménage sans hésiter
Héritage, enchaînement d’RIP
Balayage, le vent s’est levé
Tu vois l’orage se précipiter

Écoute moi bien Jean-Séraphin
(Ecoute bien)
Tu finiras mort à la fin
Si tu demandes encore pourquoi ça craint

Crocs blancs, Voyez comme on a faim
KB en bout de table au festin
Face à face avec le destin

(Sirius)

Dernier étage, dernier boss
j’me questionne plus sur c’que j’fais
j’suis stuffé à mort,
j’farm et je bosse, j’suis refait à mort.
J’vais les, J’vais les, J’vais les,
Mate l’équipe tu veux monter à bord
Tout est lisse sauf ce qu’on élabore
on fini l’jeu, on fini l’jeu.

Tandis qu’eux bavent comme une pute sur une queue.
On a pris la rouge, ils ont pris la bleue.
La chute est inévitable ces minables
veulent détruire mon héritage
Je, je,
J’arrive unique et précis comme un .45 Tabibian.
Semi extrémiste comme un taliban a mi-temps,
Soi disant, qu’on aurait des discours limite fascisants
On en a rien a foutre de te choquer comme quand ton papi se branle.

(Kiba)

Maître du jeu comme le créateur
J’graille tous tes pions comme un prédateur
Même ton foutu cavalier a peur

Heritage l’équipage prêt à l’heure
Reste pas devant le réacteur
Défense d’inhaler les vapeurs

Bien difficile de nous égaler tous
Des prétendants y’en as plus d’un ça tombe bien car visiblement vous êtes préparés pour
Mettre vos mains sur l’butin

Alors un conseil ramenez votre cash on est pas démocrate mais plus republicain
Y’a que des sons qui promettent dans la tape
Pour te mettre en haleine on en republie qu’un

Petit faquin mate le spectacle et si t’es sage tu verras les coulisses
Y’a pas d’héritage quand tu prends tout pour toi
Moi les phases que j’envoie elles sont grattées pour Lys.

Les démotivés vous allez souffrir..
attendez pas q’des gens calés vous l’disent abandonnez tout d’suite
Écrivez des bouquins y’aura bien plus de chances que des tarés vous lisent

Angmar – Till_KB_SiriusAMC_Kiba (prod_1096)

(Til)

Kroc Blanc m’appelle, il a vu le plan
2050 plus aucun blanc
Des culs dans tous les sens
Le QI passe sous les 100
J’suis allergique au plan Kallergie
Ils passent leur temps à nier l’évidence
Seuls les aveugles contestent
le grand remplacement de la France

(Kroc Blanc)
Partout s’multiplient les chances
Des gremlins ahuris envahissent les champs
Ils sont bien nourris d’un recoin ils bondissent
Et quand la lune sourit, PD tu déchantes

Y’a quoi d’étrange à préférer les siens
gauchistes occupés à enculer des chiens
PNJs regroupés au sein d’un essaim
J’reste à la marge, j’ai un destin

(Sirius)

J’ai appris à les repérer depuis mes dix ans
les menteurs, les faux amis, les médisants.
Ils te sourient mais sont méprisants
donc j’ai jamais voté pour les présidents.
Elagage des parages,
Tout est pardonné mais faut que tu dégages.
Tout est pardonné mais faut que tu dégages.

(Kiba)

Quelle galère de ramer sous le navire n’est-ce-pas ?
Tu donnerais tout pour repartir
Alors bouge de là vite
ta plus rien à perdre t’es au bout de ta vie comme le couple Tapie

T’as la vision qu’est à court de batterie et
L’audition flinguée par tes cours de batterie
Ta perdu tes frérots et moultes amis
Personne te fait confiance après tout c’que t’as dit

(Til)
Pas la même carnation
Trop de traîtres à la Nation
Fuck un américain
Mais comme Bush j’veux la coalition
Si la leçon est mal apprise
Ce seront nos têtes qui seront misent à prix
Le karcher ne suffira pas
Car peu chère est la vie là-bas

(Kroc Blanc)

Ces grandes pédales de succursales
Nous ont préparé un futur sale
Je refuse de payer l’urssaf
L’impôt cryptonite de superfaf
Nos pasaran appelle moi Gandalf
Ça réémigre jusqu’en Ouganda
Grosse blackface je me déguise en noir
Pour naviguer jusqu’au coeur d’Angmar

(SiriusAMC)

La ville de Paris c’est Minas Tirith
Entourée par les armées orc
Qui le samedi sniffent l’aspirine,
mais ne boufferont jamais de porc.
Ouais mais si j’dis ça je stigmatise l’islam
ou je fais le jeu des fachos.
Et ça c’est vraiment pas sympa.

(Kiba)

Les banlieues les centre-villes bientôt ils seront présents partout
Mais à leur yeux c’est moi l’méchant babtou il veulent que j’ralentisse et que j’mélange pas tout

Petit bobo un jour ils te casseront les côtes et agir en action tu l’feras même pas
Pro écologie quand elle taxe les nôtres
Pro immigration sauf en bas d’chez toi

Obono – KB (prod_1096)

J’suis l’seul rappeur censuré
J’ai trop fait de gens suer
Qu’ils aillent se faire ——
j’ai pas fini d’ouvrir ma gueule

Tu veux des punchs et du flow bobo, je suis le crush d’Obono
elle m’harcèle sur twitter, chine pour qu’on danse le nongolo
j’bois ses larmes au goulot sors l’épée du fourreau
j’vois mes furets, mes bonobos et d’son ptit coeur j’suis le bourreau

avec toutes ses copines elle organise le soir
des noubas insipides éclatées car sans blanc
fait semblant de m’cacher dans le noir près du bar
elle croit m’y retrouver et l’absence est sanglante

moi tu sais j’suis plus pinard et queue-leu-leu
tout petit déjà j’me paluchais sur Hilguegue
facho donc pire qu’un hideux gueux
chaque fois qu’elle ouvre sa gueule
j’entends qu’des gneugneugneus
j’suis 100% français donc petit fils de Dieu
elle peut chialer pour que j’fasse comme eux
j’vends pas mon cul pour être heureux

Folle de ma couleur de peau
pour moi elle a tej Dominique Sopo
on baise la république sur un tas de coco
j’me fous qu’tous ses copains veulent me faire la peau

elle pense ma suprématie indépassable et structurelle
et qualifie mon rap d’appropriation culturelle
y a mille ans j’édifiais des châteaux forts et des tourelles
alors taper sur des tam-tams, qu’elle comprenne que j’l’ai fait pour elle

j’suis pas Bruel, j’lui dirai pas qu’c’est la plus belle
c’est l’modèle du fond d’la poubelle
mais j’la possède, jolie p’tite laisse autour du cou
je suis le miel elle est l’abeille et j’fais twerker giant coucou

Poutou, Danielle, Marlène Emmanuel
Brigitte, Alex, Jean-Luc et sa truelle
calé, je flex, du fond de ma ruelle
pense à mon ex elle portait si mal le sarouel

mettez moi sous tutelle, j’me suis perdu au wakanda
j’ai jamais pu la ken à l’instar de ces braves pandas
les attentats, se multiplient ici là-bas et ce serait un mot de travers
qui mettrait ces chiens aux abois

elle est p’tite fille d’esclavagistes
ça nous fait un point en commun
elle apprécie les salafistes
au point qu’on pourrait en venir aux mains

moi quand sa p’tite tribu s’agite
ça m’fait rigoler j’me mets bien
j’multiplierai les propos acides
jusqu’à ce qu’on vienne pour saisir mes biens

toctoctoc, c’est les flics à la porte
monsieur vous pensez mal, on est plus à l’époque
où les petits blancs pensaient pouvoir s’exprimer librement
sur l’insécurité, la barbarie le remplacement

Cancel – KB_Till_Erga (prod_Avenel)

(Kroc Blanc)
t’as voulu ouvrir ta gueule et tu t’es fait cancel
ouais c’est l’vilain cancer, d’la société moderne
ça passe par le modem, des pnjs t’aggro
car ces pantins les mots craignent

ils ont l’indignation hautaine, ils aiment harceler au tel
ont la stasi pour modèle
comme des putains de zombies dans The Walking Dead
sur tous les RSSS ils servent de croque-mitaines

dictature des minorités, des sororités
putain d’gauchistes LGBT et BLM
se montrent irrités par tout mais surtout par la vérité
j’brandis mon épée, dépité

je sens que le sang d’harpie elle aime
j’lui jure ma belle sur twitter tu vas t’régaler
le temps qu’on s’fasse virer, on la jouera extrême
on f’ra rimer homme blanc et virilité

leur pouvoir ne réside qu’en ta capacité à t’émouvoir
leurs visages défigurés par la haine, j’en tapisse mes couloirs
crache au visage de leur bon vouloir
ces p’tites putes sont mon joli défouloir

ils ont la morale obscène
mais de quoi ces salauds s’plaignent
la Fronce un paradis rempli d’Jean-Michel apathie
activant la pompe à fric dès que quelques ptits gros s’traînent
trop plein débordant d’oestrogènes, sa maladie

(Til)

Ils répètent des slogans pétés genre
“La peur doit changer de camp”
Faudrait changer de genre
Et rentrer dans les rangs
Pour enfin ne plus être le grand méchant (cis blanc)
Pendant qu’Hidalgo et sa clique de
Métrosexuelles communistes
Poussent des jeunes au suicide
Détruisent la ville
Et bientôt le pays
Moi il parait que je dévie
Les séries Netflix inversent les rôles
C’est pas Jean-François qui deale de l’héro
À un blédard qui se piquerait sur le quai du métro
Dans le gettho les homos courent ou bien se lève tôt
Ils pleurent pour des inconnus à l’autre bout du monde
Quand ça kalash ici, ne font pas d’chichis
Préfèrent à la beauté l’immonde
Demande-leur dix centimes ils n’ont pas dix secondes

(Erga)

Le mythe du vivre ensemble
Ils font semblant d’y croire
Mais dans la rue, venu le soir
Ils se mettent à trembler
Et changent de trottoir
Quand ils croisent
La jeunesse des quartiers
Comme par hasard

Devenus si faibles
Hier des aigles
Aujourd’hui des pigeons
Ouvrant leur fiak

Propagande dans les fac’
Interdit d’être patriote
Vous comprenez, tout est notre faute
Y a plus que des fiottes et des idiotes

Invasion amssive
Europe à la dérive
Population passive
Cerveaux lessivés

La diversité, nous les réac’ on la vit au quotidien
Pas comme la rédac’ de Quotidien

Humanisme de comptoir
Antiracisme péremptoire
En réalité, ils en ont rien à branler des minorités
Y a qu’à voir quand c’est un noir qui bute un noir
Tout le monde s’en carre
Je sais pas, vous trouvez pas ça bizarre?

Tombé du ciel – Perle_KB (Prod_EasternDust)

(Perle)

Parfois la vie prend, rarement elle nous rend
Je n’ai pas compris pourquoi cette fois-ci
Elle t’a mis sur mon chemin nous promettant demain
Je respire l’avenir

Mais depuis le temps
Que j’attends, j’attends
Que tu tombes du ciel
Te voilà
J’ai longtemps espéré
Prié, désiré
Que tu tombes du ciel
Tu es là
Rien que pour moi

(Kroc Blanc)

Quand j’t’ai croisé, on s’est salués sans dire un mot
En moi c’était carré, j’te lâcherais plus, j’te ferai vingt mômes
J’avais tout vu, enfin ça c’est c’que j’croyais
Toutes ces bouffonnes que j’ai connu
Riaient quand mon coeur se broyait
Ce n’était pas moi qu’elles aimaient, mais l’image qu’elles avaient de moi
Et quand j’étais frappé de faiblesse cessaient alors d’briller les étoiles
Que j’vois scintiller dans tes yeux quand j’te parle au futur
Que ce soit dans un éclat, main sur le coeur ou quand j’murmure
A ton oreille quand t’as peur, les poignets au creux d’tes reins
J’te serrerai toujours trop fort, ma poitrine est ton écrin
On vivait pour ne faire plus qu’un, aujourd’hui dans ton p’tit ventre
Un attendu joufflu lutin qui déboulera début décembre
J’ai cru comprendre que c’était pour la vie
J’suis ton grand frère, ton amant, ton père, ton meilleur ami
Le genre de mec qui ne change pas d’avis
Comme Piaf ensemble jusqu’au Paradis

(Perle)
Mais depuis le temps
Que j’attends, j’attends
Que tu tombes du ciel
Te voilà
J’ai longtemps espéré
Prié, désiré
Que tu tombes du ciel
Tu es là
Rien que pour moi
Tu es là

Tu illumines mon coeur, apaise ma douleur
Tu es tombé du ciel, tu es là
Et tous les deux, ensemble vers un avenir radieux
Je te rejoins confiante, me fous qu’ils me traitent d’inconsciente

Mais depuis le temps
Que j’attends, j’attends
Que tu tombes du ciel
Te voilà
J’ai longtemps espéré
Prié, désiré
Que tu tombes du ciel
Tu es là
Et je saisis ma chance
Pour qu’ensemble on avance
Tu es tombé du ciel
Rien que pour moi
Oooh
Rien que pour moi

Ma Puce – SiriusAMC (Prod_Sirius)

Je l’ai dans la peau elle me suit.
Je ne saurais pas dire depuis quand elle est dans ma vie.
Jamais seul même dans la nuit.
Quand j’essaye d’être à l’écart,
c’est elle qui m’ramène à l’étable.
Et je souris aux caméras.
Hors de question que je dérape.
En vérité je sais plus pourquoi,
qui a décidé pour moi, j’voulais pas.
Sous mes doigts je la sentais même pas.
Déjà dès le premier jour c’était l’éclate.
Je pouvais tout faire sans mes cartes,
même les chtars me laissaient passer
en voyant mes bras.

Je me suis senti supérieur et j’en parlais super fier.
Etre l’avenir d’un monde meilleur au début c’était hyper cher.
C’est que depuis des temps récents, qu’on la pose à la naissance.
Certains l’ont dit “indécente” mais ils sont rentrés dans les rangs.

Je ne vivrai jamais sans toi.
Tu es à jamais en moi, ça me rassure.
Mais depuis quelques temps ça ne va plus,
ma puce, ne leur dis rien ce n’est rien de plus
Qu’un petit moment de fatigue.
Douter de toi ? jamais ça ne m’arrive.
Ne leur dis rien c’est pas si grave,
ça passera, je n’veux pas faire d’histoire.

Isolé, sans chaînes mais pourtant prisonnier.
J’en rêve si souvent si j’osais,
t’arracher de ma chair, me mutiler.
Mais serai le seul a me mutiner
car quand l’obligation fût actée
il y avait beaucoup de réfractaires.
Puis les années sont passées,
et la jeunesse se laissa faire.
“C’est le progrès” ils disaient.
“Faut croire en l’humanité,
tu verras, tu vas t’y faire, tout se sait,
tout se fait pour ta sécurité.
Un bon citoyen n’a rien à cacher,
c’est quand même suspect d’être aussi attaché a ta liberté.”
Ils se foutaient de ma gueule,
au milieu de ces robots je me sens si seul.

Je n’en peux plus, toutes les nuits j’entends leurs appels au micro.
Mon voisin, derrière ses rideaux, surveille la rue, le caniveau.
Je ne me ferai jamais à l’idée,
d’être leur chose leur canidé.
ça jamais.

Je ne vivrai jamais sans toi.
Tu es à jamais en moi, et ça me tue.
Mais depuis quelques temps rien ne va plus,
ma puce…

Deus Ex – Lys_KB (prod_Lys)

(Lys)

Patrick Dewaere, coup de tête
RAF de tes foutaises
Sur Twitter, tu veux des RT (merde)
RAS dans les mots dièses

Tes conneries m’filent des maux d’tête
Deleuze, Foucault, faussaire,
Joue l’jeu t’es game ovaire
Lys comme dans Deus Ex

Je ferai pas de détour
J’vais plier le débat comme Zemmour
Ils font semblant d’être sourds
Ils ont 2 personnages comme Zetsu
Du haut de la tour
Je constate les dégâts, mon dégoût
J’resterai debout
Il me reste que l’ego j’ai plus d’garde-fou

Tu le vis tristement quand je te dis que tous tes artistes te mentent
L’humilité te manque, je tire enseignement de l’Ancien Testament
Prosélytisme à mort, chaque jour des foules de fanatiques s’avancent
J’fais d’ce game mon amante, à la fin j’le décapite comme la mante

Ils sont sado-maso c’est clair
Trouve moi So mad show sur l’net
Dans le rap j’suis bien trop macho pour l’game
Ils vivent dans l’Truman Show pour vrai

J’suis à des années lumières
En plein dans leurs pensées burlesques
J’envoie des pavés lunaires
Identitaires

(Kroc Blanc)

arrête de jouer les gangster, je ne vois qu’un mendiant
ton trou à merde tapine pour les bankster,
putain pourquoi les blancs s’terrent
j’conquiers c’qui t’sert de bled en charentaise
si tu blaires plus les gwers, visite un pôle emploi nantais

j’ai mis ta race en quarantaine
j’ai pas vraiment eu l’choix, vois ce qu’être un renégat entraîne
j’me gave sur vos étrennes, commission Union Western
j’rémunère toutes ces chiennes qui jurent aux deps “ouais les weshs t’aiment”

rien au d’sus Nabilla Wejdene
déroute civilisationnelle, fréro woula ça fait d’l’a peine
rapports simili passionnels, la vérité est pathétique tout c’que vous avez capturé
c’est des Ribéry ou des Jul, la razzia s’ra pas facturée

j’peux t’l’assurer, toute mes phalanges sont fracturées
j’ai calculé, ça va pas durer, car les coeur des anges ont saturé

ils rêvent de ma peau leur sang c’est mes impôts
crache sur mon drapeau, j’fuis ces lâches qu’on m’impose
j’rêve de bûcher quand les saints posent
leur vivre ensemble implose, chaque jour j’affine ma prose
classe quand j’repousse ces putes qu’implorent

leur rire au nez mon putain d’sport
j’viens d’leur jeter, mon plus vilain sort
à pas feutrés, j’ensevelis un corps
adore moi

Enfer – Lys_SiriusAMC (prod_Lys)

 
(Lys)

Sorti des enfers 
Lys le démon (wow)
J’arrive sur terre 
Et j’démonte (tout)
Dans c’monde tout est tellement (fou)
J’y vois clair t’y vois légèrement (flou)

Qui contrôle la meute (QUI?!)
Que des pantins des pleutres 
Leur couardise les abattra 
Quoiqu’ils en disent on les battra 

Passement d’jambes j’les enchaîne
J’suis l’coup d’vent ils sont l’angine 
Flibustiers sont débusqués 
Toutes tes idées sont ensuquées sous ta graisse

Pense ce que tu veux c’est pas notre camp qui t’agresse
Paris comme Nea Kavala en Grèce
Ils veulent nous tuer toi tu veux qu’on les engraisse
Par contre tu refuses de les accueillir dans ta crasse

Appelle moi Bachar Al Assad
Missiles dans leurs têtes 
J’en ai marre chauffer la salle
Pour ces nuisibles qui nous endettent

J’arrive déter comme Jean Lassalle
Pendant qu’tu manifestes
On s’prépare à lancer la salve
Trouve-toi vite une cachette

J’ai plus qu’à presser la gâchette
Installe toi bien on va soigner ton mal être 

Clinique Frappe 
Sur leurs Risibles Frasques
Dans les villes dans les campagnes
Dans un asile plutôt qu’au bagne
Ils nous prennent pour du bétail

On va pas faire dans le détail
Forfait injection létale 

(Sirius)

Charge de cavalerie sur défense de fer,
couper têtes sans descendre de selle.
Priant prince des armées célestes, j’avance dans le désert.
J’évite les pièges comme prince de perse.

Misère de mon décor sorti de l’hiver.
Montée de niveau, gare au débord !
Comme au printemps, flot des rivières,
J’arrache tout je brasse je dévore
Péon finira au cimetière,
on va te noyer, le sang d’tes morts.

Armé pour toute situation comme si j’avais le permis de chasse.
A l’aise, du tournoi de sixte au vernissage.
Des longères de ma brousse jusqu’aux studios de Paris
Je les cumule tous, bon teint, bonne éducation, bon parti.

Plus de temps pour eux je vais à l’essentiel.
Tracer ma route sans se retourner car derrière est l’enfer.
Fends les ténèbres, crains la Lumière.
Chasse les démons par la prière.

Les yeux demi-clos comme Shiva.
Comment je vous vois, t’as pas idée.
Je sais ce que je veux, je viens pas chiner.
Je sais ce que je vaux, quoi que tu diras
Que des divas dans tes dîners.

Affaire classée, dites aux suivants,
sur le divan j’ai mis les pieds,
tâché les draps, claqué des gens,
vidé le buffet de ses bouteilles.
tu fais ce que je voulais
divertissement pour le sérail
je m’essuie dans les rideaux comme à Versailles.

Babidi – Kiba_KB (prod_1096)

(Kiba)

Matrixé par un phone tel
Tout ce charabia ambiant relayé par tes con d’amis
Faut s’informer sur des liens formels
Et pas les “apparement” les “il paraît” les “on m’a dit”.

Ton triste sort difficile d’éviter
T’es mort mais j’ai presque envie de dire “mérité”
tant pis pour ta réussite c’est niqué
C’est niqué, y’en a qu’un qui ressuscite c’est J.C

j’te verrais bien manifester dans des pays ou ça tire à balles réelles
Ça serait logique… sauf que tu préfères défiler dans des manifs ou tu crie “à bas l’réel”

Cartésienne est ma logique j’innove
Afin de réveiller tout mes homies qui dorment
Trop de contraintes nous rendent la vie impossible, les doctrines les lobbys les gauchistes qui votent

Ça fait déjà un bail qu’on à été conquis
Mais au sommet de l’état ce que ces pd vont m’dire
C’est de m’incliner comme un lâche à répéter des poncifs
Sauf que j’en ai jusque-là de respecter les consignes

Mon fils le chef de l’Etat est complice
Dans ses délires il aimerait qu’on l’suive mais
Entre les belles paroles et les non-dits on s’dit que plus facile de faire des conspi

(Kroc Blanc)

Envouté par Babidi, j’viens blanc remplacer Kamini
J’suis pas l’ami d’Attali, j’vais t’faire bouffer le tatami
J’ai l’coup d’fourchette d’Adama, autochtones soudés à la marge
T’es Conrad j’suis l’Alabama, appelle moi boss j’aime pas bwana

Berserker chaque coup me donne de la force
Ils croient qu’leur mépris m’écoeure monseigneur touchez ma bosse
Je ne connais plus la peur accoutumé à l’atroce
Trois brunes dans mon carrosse, j’annule, le grand reset de Davos

Vaccinale est la ménopause, sont-ce nos filles ces putains qui posent
Collectionnant les MSTs les IVGs et quelques mycoses
Ces sales blancs sont tous sous hypnose, comme absents quand le messie cause
Zombifiés devant la télé, la vie d’avant après la piquouze

Simple – Kiba (prod_Sirius)

Ici trop de mythos
Nous on bosse et on hausse le niveau ouais bientôt la légende
Mon seul défaut c’est de trop parler aux gens qui osent me dire gros y’a pas d’cause à défendre

On a donné l’monopole de l’info à des gauches le contrôle du football a des chances
Les buts de Mbappé il pourrait les rater ça s’ra toujours de la faute à Deschamps

Éternelles victimes de leur succès les
babtous de partout sont imités mais
envers le martyr de l’immigré
Tu as ta part de responsabilité

Faut participer
pose un genou pour les toxico braqueurs de femme enceinte normalement ça rend sain ça libère comme en 45

Gros moins t’en as plus tu l’étales la vertu c’est comme le beurre
Et devant la misère t’es mort de peur à l’idée de vider ton portefeuille

Pur produit d’une époque de jeunes voulant refaire le monde et se prendre pour Dieu pas de chances pour eux
Ils sont limités et ne font qu’imiter comme des Canteloup 2

Interlude PsykoSauce

PsykoDérapage – SiriusAMC_KB (prod_PsykoSauce)

(Sirius)

Je claque des têtes de PNJ,
hais tout ce qu’ils aiment vénérer.
J’ai pas fini de les énerver,
user toute leur énergie.
Bande de PD, Bande de PD !
C’est pas dans le projet de céder.
La seule rondelle que tu pourras fourrer,
c’est celle de ce CD.
De loin j’observe c’est lopettes,
à quatre pattes pour des lové
Code Pysko article 37 :
“T’écoute ta gueuze t’es un pd”
J’ai des instincts prédateurs,
tous ces chiens sont délateurs,
quand tu te retrouve face à eux
dans leurs yeux tu ne lis que la peur.

(Kroc Blanc)

Si j’prends l’micro c’est qu’j’en ai rien à foutre
Dansons un zouk tu vas sentir la poutre
Ce qui tombe sur la foule, c’est pas la foudre
Mais d’la testo, dosée en poudre

T’as l’air énervé et tu souhaites en découdre
Salis pas mes mains j’te présente mes coudes
Prends ma carte au likoud pour te casser les couilles
Depuis que j’veux plus la voir, ta fiancée boude

Car j’ai choisi ta daronne, pour intégrer mon harem
J’avais fait l’tour en trois runs, je n’supporte plus son haleine
J’avoue même moi j’ai trouvé ça cheum, Magalie me fait d’la peine
Car sortir avec toi c’est pas fun, du moins c’est ce que me confie ta chienne

Petite sous-merde d’incel, j’suis trop zehef t’es Vinceneil
J’me catapulte au fond de ta reum en me servant de son string ficelle
Me pavanant comme un putain de coq, face à ton daron le cuck
J’éclate ta pute de mère sans capote pour Noël t’auras une petite soeur

(Sirius & KB)

SJW en stress, fabrication française, on tartine des comtesses
À genoux pour confesse, ramenez alcool et compresses
Y aura quelques blessés, dure sera la fessée

A moitié noyée dans un torrent de mouille, en sueur apeurée par une paire de couilles
Ta soeur a pleuré pendant la fouille, sachet de MD caché dans la moule
Fille de putain, fille de PD, démerde-toi seule faut pas rêver,
t’as pas capté nos intérêts, que des daronnes, que des daronnes.
Tartiner des daronnes, x3
On vient tartiner vos daronnes.
Tartiner des daronnes, x3
On fait tapiner vos daronnes.

Pauvres Pays – KB_LArmorikain (prod_Avenel)

j’ai aimé la France, détesté la Fronce
sur son effondrement j’ai pris beaucoup d’avance
des gaulois en carences voudraient m’rééduquer
m’réapprendre à l’aimer qu’ils prennent quelques vacances

avant j’avais d’la chance, mais trop de coïncidences
exposèrent les carences,
d’une mère démissionnaire qu’aujourd’hui j’voudrais buter

est-ce-que son prénom c’est Marie ou Marianne
pourquoi cette salope me fuit, me condamne
se pavane, dans les palace de Paris
tandis qu’ l’ennemi aplati, lui donne du Madame

on est les champions, bêlants cons, les chansons
d’méchant pions en détention
les jeux du cirque pour calmer les tensions
URSSAF et FISC pour glâner les pensions
ne reste que la prise de risque ou l’élection

Vercingétorix, viens j’t’invite au Ritz
c’est l’Etat qui paye, les moutons sont sur Netflix
célébrons l’office, nos gênes en sacrifice
j’t’écrirai la liste des choses que l’on a sali fils

Ils disent que je suis désespéré
mais… j’garde l’espoir de voir déterrés
la francisque et les boucliers
Mes ouvriers pour les bousiller

On arrive mes chiens sont outillés
Le compte y est j’ai pas oublié
Tu pensais que j’roupillais,
Nan j’rêvais de tout plier

(Larmorikain)

Au taquet, Larmorikain vient mettre des claques aux laquais
Je viens pour braquer ces pantins qui ont fait de moi une bête traquée
Ne pas craquer c’est le défi quotidien d’un grand remplacé
Je ne me fie qu’aux miens, les autres sont complètement dépassés

Aucune sympathie, non aucune empathie pour tous ces déchets humains,
Je me moque de leurs vies comme de leurs avis et je m’en lave les mains
Je trace mon chemin loin de tous ces cafards, esclaves des GAFA,
Gauchiasses, antifas, racailles, zombies, sbires du Califat, flics, CRIF, je les méprise et je m’esclaffe…

(Fa fa fa fa) je pirate leur projet
L’argent de la CAF finance mon rap de faf j’appelle ça le progrès
Ces empaffés de pachas, pour garder leur place veulent nous entuber
Je lâche un gros crachat à la face de ces enculés

White Hustler, magouille, débrouille, je remplis mes fouilles sur le dos des untermensch
Quitte à me faire me refouler, je vais piller la foule, puis me barrer loin des french, vivre à la fraîche
Je vais pas gâcher ma vie, dépenser de l’énergie pour défendre ce peuple de soumises
Qui sacrifie l’avenir de nos gosses mais qui s’apitoye sur l’état de la banquise

Doxa – SiriusAMC_KB_Eric Eract (prod_Sirius)

(Sirius)

je suis plus dans les affaires, non j’prends pas sur ta quête
On a grandi et comme nos pères, on ne bande pas sur un fer
Vie d’voyou, vie d’merde, grand t’as pas vu les films ?
Tu flambes une nuit puis derrière les barreaux ta vie défile
On vivra vieux et heureux, tu crèveras jeune et triste.
A 80 ans moins de fric que ces gueules d’imbéciles
mais dans le coeur des valeurs resteront inflexibles
Toujours sain d’esprit quand t’oublieras ce que t’allais dire.

Téma ton p’tit Jallet qui a du mal à assurer.
Et c’est jamais facile sans pharmacie pour assurer
Mais je ne touche pas a ta go car gros c’est la tienne
Ni ta chnouf, ni ta coke, cassos c’est de la merde.
Et surtout ne vas pas croire que je ne fais pas de bêtise
mais aduler des démons c’est quoi l’délire ?
j’ai fais mes petites conneries, Dieu merci j’ai pas de casier.
Je suis propre frais comme si je sortais du barbier.

J’ai mon style à moi comme ceux qui portent des chemises a pois.
“Franc comtois rends toi” j’leur répond “que nenni ma foi”
J’me sens immobile comme un mec en panne en campagne
J’rappe le quotidien d’une vie qui a le goût de la gentiane.
Des fois mes poils se dressent quand je repense au temps des roy
Le présent me blesse, le passé me soigne.
Mais je m’abaisse pas, bien sûr je garde espoir
en vue d’un futur qui me tend les bras.

On cèdera jamais, sans trêve on fait nos CD
et même si on a pas d’aides, t’inquiète, on sait s’aider
On fait du taff de ouf pour que tu casses le cou
si nos idoles étaient encore vivantes elle seraient fans de nous
Non ça ne fait pas de doute
Je suis dans une basse-cour
remplie de poules mouillées de nique-douilles
qui flippent de notre discours
Les tabous j’accoste car je l’avoue j’adore ça
Les culs se serrent quand je sors de la doxa

(Kroc Blanc)

Ils me dégoutent c’est acté, en soum comme un sétacé
J’laboure mon potager puis j’irai me prélasser
Franchement j’ai pas grand chose à faire pour tous les effacer
La ville, c’est comme ta gueuse, c’est du passé

Les femmes sont des éphémères, attirés par la lumière
Les grandes cités d’Lucifer, pour ça qu’l’amour est loin du pré
Tout va s’effondrer, elles reviendront à la nage
Nos selliers sont bondés, les culs gras sur nos alpages

Serein comme un apache qui voit crever les cowboys
La cigale se change en cloporte
Allez viens mon copain tu pourras m’servir d’esclave
Tu mangeras après mon chien, je te traiterai bien sans blague

Les traîtres au sein d’mon enclave tiennent pas plus d’cinq minutes
Fils de pute, ça finit en clash si au lieu de bécher tu discutes
Mon douze et Bulma au pied, j’suis carrément OP
FDP j’ai pas tes rêves, j’attends que meure Pascal OP

(Eric Eract)

Tu veux mon sperme comme labello t’es boursouflé ?
Tu t’fais livrer par des immigrés à vélo pour bouffer
Tu délégueras jusqu’à la garde de tes gamins sale chien
Dis-moi à quoi te sert ta main
J’me sens comme VII à l’époque de Lettre Morte
Je n’crois plus un traître mot – Ma vie fait la frigide fait la timide dans sa schneck je mords
Crache un bête de flow même si j’ai pas la tête de l’offre
Place de l’Homme-de-fer j’sais plus quoi faire de l’Homme
Habitué à dire bonjour à toute présence
Ça m’faisait ber-ger tous ces gens. qui grouillent lors d’mon arrivage
Depuis j’le prends avec de l’amusement la plupart du temps un mirage comme un parc suspendu entre vitraux et vitrages
Strasbourg est un anus d’ange
J’bois mes bières par douze, pisse un calcul blanc
Si mes consorts troquent honneur contre confort
Est-ce que ça m’concerne, est-ce qu’il faut qu’j’me contortionne ?
Dans mon immeuble quelques-uns dorment dans les parties communes
Et qu’est-ce qu’ils beuglent pourtant c’est pas des artistes connus
Vos agrégats d’esclaves de banlieue caillassent les pompiers
J’me d’mande c’que vous escomptiez – vous savez quoi des flammes ?
Faites des p’tits colloques avec vos p’tits collègues
J’suis le fils d’un bipolaire et d’une psychologue
J’s’rai toujours un putain d’cambroussard un redneck
Amateur de kermesses, ça t’en doute pas là
J’traverse la ville large teddy gris, dégaine de punk de droite
J’écoute pas les conseils des gens qu’ont peur de moi
J’entrevois l’éternel quand cette meuf se doigte dans mes yeux
Ou bien dans les cieux pas dans c’quartier livide
Alors s’esquisse l’écho de c’qui est permanent
Quart de yéniche desco qui lit du Pierre Manent
j’vais faire l’inverse de L.O.A.S j’emm’nerai une fille d’la ville à la campagne faire treize gamins
j’aurai un siècle d’avance